D'après les archives anciennes et les oeuvres diverses qui ont été éditées sur le riche passé de Corbie, il s'avère que l'histoire de l'hôpital est très ancienne puisque sa fondation semble remonter à celle de l'abbaye, vers l'an 650 (sous le règne de Bathilde, reine des Francs, épouse de Clovis II).

L'ancien hôpital a été détruit au cours de la guerre 1914-1918 et c'est par délibération du conseil d'administration, en date du 26 novembre 1929, que se décide la reconstruction de l'hôpital-hospice sur un terrain récemment acheté, situé en dehors de l'agglomération sur un plateau dominant la ville.


La première pierre fut posée le 6 mars 1932. Le financement se fit en partie à l'aide de dommages de guerre provenant de l'ancien hospice ainsi que par des subventions. C'est le 8 août 1937 qu'eut lieu l'inauguration officielle de l'établissement par le ministre de la Santé Publique, inauguration précédée en juillet 1936 par la mise en service des installations.

A sa création, l'hôpital-hospice comptait 60 lits répartis en trois services :
chirurgie, médecine et maternité. L'hospice fut construit en même temps et dans les mêmes conditions que l'hôpital. On y dispose alors de 120 lits.


Début 1955, le nombre des lits est porté à 180, répartis ainsi :
- 95 pour l'hospice
- 25 pour la maison de retraite
- 13 pour la maternité
- 27 pour la chirurgie
- 20 pour la médecine.

Fin 1959-début 1960, l'hôpital se dote d'un service de radiologie.

Le 15 juin 1959, une nouvelle maison de retraite entame sa construction. Elle sera inaugurée le 6 mai 1962, ayant ouvert ses portes dès 1961 à 100 personnes âgées. Ce pavillon comprend 40 chambres individuelles, 30 chambres pour deux personnes, une salle des fêtes de 200 places, une infirmerie, des ateliers de bricolage.

Le 19 octobre 1960, l'établissement qui compte alors 245 lits est reclassé en 3ème catégorie.

En avril 1967, un nouveau bâtiment accueille un service de médecine d'une capacité de 30 lits pour malades chroniques.
C'est en 1970 que s'ouvre un service de médecine dite "active", accueillant 53 lits répartis en deux ailes (Nord et Sud) et comportant un service de pédiatrie de 10 boxes.

En 1973-1974, pour répondre aux normes en vigueur d'hébergement des personnes âgées, un bâtiment neuf de 50 lits remplace l'ancien dans l'enceinte du Château Thomas, prenant le nom de Résidence du Parc.
En avril 1977, une blanchisserie inter-hospitalière regroupe les établissements de Corbie, Doullens, Montdidier, Péronne, Moreuil, Villers Bretonneux, Fouilloy et Bray sur Somme.

Avec ses 385 lits, l'établissement est classé en 2ème catégorie le 18 février 1977.
Le 1er septembre 1977, s'ouvre une unité de cure médicale pour personnes âgées invalides de 120 lits, le V 120 (aujourd'hui dénommé Arc-en-ciel). Le 1er avril 1981, la maternité, fermée provisoirement en 1976, érige de nouveaux locaux accueillant 15 lits.

En 1985, un nouveau bloc opératoire s'implante au sein d'un service de chirurgie de 33 lits, dans l'ancien bâtiment de médecine pour malades chroniques fermé depuis quelques années.
Les locaux alors libres seront restructurés en un secteur de 40 lits de maison de retraite.
Le service de chirurgie a été contraint de clore son activité en 1994.

Ses locaux ont vu naître en 1995 un service de réadaptation cardiaque de 10 lits, accueillant également 5 patients en hôpital de jour. La maternité a fermé ses portes en août 2000 pour faire place au centre périnatal de proximité (CPP), dans le bâtiment qui accueille depuis février 2006 le centre de rééducation fonctionnelle et la radiologie. L'établissement fonctionne à ce jour avec 418 lits.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Maison de retraite du Centre Hospitalier de Corbie